Salut!

Une remarque liminaire: malgré la volonté affichée d'une démarche participative, 1 mois pour prendre connaissance du projet, pour en saisir la complexité et pour essayer de trouver certaines idées intéressantes, ne laisse que peu de place à une participation réellement active des citoyens.

Mes remarques concernent avant tout ma commune, Ayent, et ses environs.

L'idée de Parking d'échange P+bus peut sembler bonne en théorie. Malheureusement en pratique elle demande au particulier de posséder un véhicule automobile, d'en assumer les frais fixes, qui sont les plus importants, et en plus de prendre un abonnement aux transports publics. Pourquoi payer deux fois pour les transports, alors que 10 km en plus en voiture est bien moins compliqué et moins cher.

Si de telles infrastructures devaient se faire en fin de ligne du réseau d'agglomération, il serait intéressant de prévoir également des infrastructures afin de facilité d'autres moyens de transports que la voiture individuelle. Par exemples: un parking pour vélos, une offre de type Velopass, une offre de type Mobility, des places d'arrêt permettant un covoiturage ou de «faire de l'auto-stop».

La zone à bâtir principale d'Ayent est relativement compacte le long de la route cantonale et des transports publics. La majeure partie de cette zone à bâtir permet aujourd'hui déjà un accès en moins de 10 minutes à pied aux transports publics. Une étude plus précise sur le modèle de la figure page 133 du rapport permettrait de confirmer cette hypothèse.

La desserte actuelle des transports publics Sion–Saint-Romain est relativement bonne, entre 1 et 2 bus par heure (p. 87 et 92 du rapport). Un seul point réellement négatif, le dernier car quitte Sion au environ de 20h30, hors les bus de nuit en fin de semaine. Le projet d'agglomération ne doit en aucun cas péjorer la situation actuelle, mais l'améliorer.

Le nombre de passagers actuellement entre Grimisuat et Ayent est de plus de 500 par jour (p. 88 du rapport), 20% de plus que sur St-Germain. La logique voudrait que la ligne 4 du futur réseau d'agglomération soit prolongée jusqu'à Ayent, à Saint-Romain.

Malheureusement les seules mesures d'infrastructures sur la commune d'Ayent concernent les réaménagements des traversées de Botyre et de Saint-Romain (mesures R23 et R24). Des mesures avantageant avant tout le trafic individuel motorisé. Aucunes mesures pour la mobilité douce.

Dans votre rapport vous mentionnez à plusieurs reprises l'utilisation des voies historiques afin d'améliorer les infrastructures pour une mobilité douce, piétons et vélos. Pourquoi ne pas projeter un réseau cyclable sur le coteau, en site propre et qui emprunterait, en partage avec les piétons, le chemin historique VS552 sur la commune d'Ayent.

Autre piste pour favoriser la mobilité douce: la mise en fonction d'une partie du plan directeur des chemins piétons sur la commune d'Ayent et son extension par des liaisons avec les autres communes du coteau.

Bravo pour vos efforts afin de promouvoir une vision commune et à long terme du développement de notre région.