Imprimer

 

Le conseil communal a depuis 2010 trouvé la combine afin d'embellir les comptes, bilan et indicateurs financiers de la commune. Elle favorise les engagements conditionnels, sans prendre en compte leur degré de risques. (Vivement des comptes consolidés et des rapports de gestion des risques pour les entités publiques!)

Sur les 16.872 millions d'engagements conditionnels à fin 2017, 15.633 millions (93 %) concernent le secteur des infrastructures touristiques (TéléAnzère et Spa-Wellness), principalement des cautionnements de la commune pour des prêts à taux 0 % (crédits LIM et NPR) et des crédits bancaires de la Banque cantonale du Valais  et de la Raiffeisen.

Il s'agit d'engagements très risqués comme le prouvent  les chiffres suivants : 

Le plan financier 2019/2022 ne tient malheureusement pas compte de l'évolution des engagements conditionnels. Une stratégie à moyen terme du conseil communal sur le tourisme  permettrait d'en dessiner l'évolution (diminution par amortissement connu et annuel des prêts LIM et PNR (durée normale 20 ans) et augmentation lors du ou des prochains cautionnements pour le/les nouveaux télésièges, des Luy par exemple).

 

D'après le contre-argumentaire du conseil communal au référendum : "depuis l’existence de la station d’Anzère, jamais la Commune n’a été appelée à honorer les cautionnements signés en faveur du tourisme." C'est vrai car à intervalle régulier et au coup par coup la commune bouche les trous.

 

Sources:


 

Catégorie parente: Débats
Catégorie : Tourisme