Total des transactions immobilières sur la commune d'Ayent:

2011:                       71 millions de CHF;

2012:                       45 millions;

partie de 2013:        29 millions.

Combien de taxes RQC encaissées ?   Rien.

RQC homologué le 2.5.2012

Un lien sur la décision du Tribunal Fédéral concernant  le recours contre le RQC des communes du haut Plateau.

Les points que je défendrais personnellement en séance plénière du 30 avril 2009 lors du débat sur le règlement des quotas et contingents (RQC).

Le projet de règlement sur les quotas et le contingentement est enfin parvenu dans les mains des conseillers généraux.

Il se compose de 2 parties:

- une modification du règlement communal des constructions et des zones (RCCZ), par l'ajout d'un article 6.1,

- un règlement des quotas et du contingentement (RQC).

Cette modification et ce nouveau règlement devront faire l'objet d'un débat en séance plénière du conseil général, certainement à mi-décembre.

La présentation article par article vous permet de poser des questions, de faire des remarques.

Celles-ci seront publiques, mais pour que vos idées soit vraiment prises en considération rien ne vaut un contact direct avec vos élus.

Il s'agit ici toujours d'un essai de site internet devant favoriser les échanges entre élus et citoyens.

 

Liens intéressants sur le sujet:

- Commentaire du conseil fédéral sur une initiative pour limiter la construction de résidences secondaires.

- Site internet de la confédération sur la Lex Koller et les mesures d'accompagnement sur l'aménagement du territoire.

- Étude sur la gestion des résidences secondaires dans le canton des Grisons.

- Articles par la Commission Internationale pour la Protection des Alpes.

Règlements sur la construction de résidences secondaires dans d'autres communes:

- Champéry

- Crans Montana

- Bagnes

- Saas Fee et les contingents

- Zermatt

 

«Dans les zones du bas de la commune, toute construction de résidence secondaire est interdite à moins de 10 minutes à pied des transports publics.»

Les buts de cet article:

Ne pas faire la même faute qu’à Anzère. Après 10 ans dire qu’il aurait mieux valu gérer les résidences secondaires de manière plus stricte. Dans le bas de la commune, contrairement à Anzère, il est encore temps de prendre des mesures, de planifier

Conserver le plus possible de résidents, d’habitants prés des commerces (alimentation, boucherie, boulangerie, poste, bistrots, etc.). S’il faut prendre sa voiture pour acheter quelque chose, les gens sortent de la commune.

Les transports publics sont appelé à se développer dans le futur. Plus le bassin de population près des transports publics (ici à 10 minutes à pied) est important, plus ils sont rentables, et donc appelé à se développer.

Actuellement dans le bas de la commune il y a principalement 3 zones à bâtir :

-          zone village

-          zone extension de village

-          zone résidentielles, selon RCCZ (art 30 NE: La zone résidentielle est en principe destinée à recevoir des habitations familiales, prioritairement les résidences principales (les résidences secondaires doivent y demeurer l’exception).A l’époque on avait peur de la construction de chalets type Planquiri (zone 1200).

Actuellement les résidences secondaires construites sur le bas de la commune devraient l’être principalement dans les zones village et extension village. C’est ce principe qu’il faudrait inverser. Avoir des volets clos aux centres des villages n’est pas intéressant pour les commerçants, pour la vie de village. (Voir Anzère place centrale hors saison)

Le choix du facteur de 10 minutes de marche à pied des transports publics demande des études complémentaires. Il fixe l’extension des zones interdite à la construction de résidences secondaires. Un facteur à prendre en considération est le dénivelé de notre commune.

Dans le RCCZ on parle de zone d’habitat permanent. Il y avait donc déjà une certaine réflexion sur les résidences secondaires! Avec un règlement des quotas, avec des zones à construire à Anzère  bientôt complètes, la difficulté d’établir des nouvelles zones à bâtir, il y aura de plus en plus de construction de résidences secondaires sur le bas de la commune.

S’il n’y a pas interdiction il doit au moins y avoir une limitation (% maximum de résidences secondaire par secteur)