Les égouts d'Anzère traversant une zone de protection des eaux !

 

PV du conseil général du 10.6.20 :

  • "M. Bertrand Savioz donne lecture de la question de la CoGest pour le compte d’investissement 7 « Protection et aménagement de l’environnement ». M. Pierre-Yves Franzetti demande si le
    Conseil communal peut donner une réponse à la remarque de la CoGest concernant l’estimation des montants pour la protection des sources. M. Christophe Beney indique que l’étude pour la
    Réhabilitation des sources du St-Gothard a été adjugée aujourd’hui, mais le lieu précis du captage n’est pas connu et c’est un montant d’environ CHF 200’00 qui devra être dépensé à cet effet.
    Ensuite, ça sera au Conseil communal d’évaluer si ça vaut la peine de réhabiliter d’autres sources similaires. M. Marco Aymon apporte un complément et dit qu’il y a aussi un aspect sécuritaire qui rentre en jeu dans la prise de décision : l’eau qui vient du barrage et qui passe par la centrale de filtration est garantie sans bactéries en comparaison avec l’eau captée dans les sources."
  • "Mme Patricia Cotter demande pourquoi la commune ne collecte par le surplus de la combe de Duez pour laquelle un système de bypass a été installé en 2004 avec l’installation des canons à neige. De plus, dans le cadre des remembrements, des tubes principaux destinés à l’arrosage des pelouses ont déjà été installés et le projet d’irrigation par aspersion des pelouses est terminé. Elle demande quand on pourra espérer en voir la réalisation. Elle poursuit avec la mention de la source de Fontaine blanche située historiquement sur la commune d’Arbaz et qui coule abondamment dans la Lienne. Elle demande s’il ne serait pas judicieux de discuter avec la commune d’Arbaz de sa captation. Afin de parer à un potentiel problème de la conduite du barrage dont nous sommes totalement dépendants ou à un futur manque d’eau dû au changement climatique, elle demande s’il n’est pas temps de s’atteler sérieusement au dossier d’approvisionnement en eau de la commune.
    M. Christophe Beney dit que le projet de la combe des Andins est en bonne voie. Si le service de l’environnement autorise les forages dans cette combe, ils pourront déjà débuter cet été. L’avantage de la combe des Andins par rapport à la combe de Duez, c’est qu’il y a une réserve d’eau importante l’été comme l’hiver. Les travaux pourraient être effectués dans 2 ou 3 ans et le captage de cette source permettrait d’être indépendant d’une possible rupture de la canalisation qui longe le bisse de Sion. Il n’a pas de réponse pour la question sur la combe de Duez. Par rapport à l’eau d’arrosage non potable, il dit que cela a un coût très important. Parallèlement, il y a aussi une autre priorité qui vient du canton, à savoir la diminution des eaux résiduelles qui arrivent à la STEP. Des gros investissements devront être faits par la commune pour séparer les eaux usées des eaux de surfaces. M. Marco Aymon ne connait pas trop non plus la combe de Duez. Dans cette combe, les eaux coulent jusqu’au mois de juin, il faudrait donc créer des réservoirs. Si on fait ces réservoirs en dessus de la station d’Anzère, ils pourraient servir pour les canons à neige et pour l’incendie. Toutes les eaux qui sont au sud d’Anzère ne sont plus captées. Le risque est énorme pour les captages qui ne passent pas par des centrales de filtration. Il serait peut-être mieux de s’en tenir à des captages en dessus des habitations uniquement. C’est un défi pour les prochaines années. Mme Patricia Cotter est satisfaite de savoir qu’il y a un projet sur la combe des Andins."

 

Comptes 2019 de la commune d'Ayent :

  • rubrique 700.500.01, Protection des sources, 210'974.20, avec commentaires de la commune :

"Les dépenses concernent les travaux suivants :
-investigation hydrogéologique sur la Zone A2 (Anzère lieu-dit "Le Gôt"
-analyse (vulnérabilité) sources Les Rugés - Lombardon Fontaine Blanche
-essai traçage réseau d'eau potable.
Par ailleurs, lors de la réfection de la route de Bonnefille, la Commune a profité des travaux pour sécuriser la source en aval de cette route."

 

Nouvelliste du 31.7.20 :

"Les derniers orages ont réduit la capacité de la centrale d’ultrafiltration d’Ayent. L’utilisation de l’eau du réseau pour l’arrosage ou pour remplir les piscines est interdite.

L’arrosage des pelouses et autres verdures est interdit sur le territoire de la commune d’Ayent en raison d’un manque d’eau.

Le président Marco Aymon explique la situation : «Suite aux derniers orages, la turbidité de l’eau provenant du bisse de Sion ralentit les débits qui peuvent être traités par la centrale d’ultrafiltration. » En d’autres termes, des résidus emportés par le courant bouchent les filtres.

Un débit réduit et une forte demande

«Actuellement, avec les arrosages des pelouses et autres utilisations estivales, la demande en eau est plus forte que ce que nous pouvons obtenir. Pour éviter un manque d’eau, et pour éviter aussi de nous retrouver sans réserve en cas d’incendie, il est formellement interdit d’utiliser l’eau du réseau pour tout autre usage que les besoins vitaux, soit pour les besoins alimentaires et pour l’hygiène personnelle », annonce le président. Il est donc interdit, notamment, d’arroser les pelouses et de remplir les piscines.

Pour l’heure, le nettoyage des filtres est difficile à mettre en place, parce que cette opération prend quatre heures, pendant lesquelles il n’y a plus d’eau qui est traitée.

Par contre, Marco Aymon assure que l’eau disponible dans le réseau est parfaitement potable."

 

 Remarques personnelles :

  • Depuis longtemps et régulièrement, les égouts d'Anzère débordent en pleine zone de protection des sources, utilisées encore récemment ;
  • l'utilité des bisses est une fois de plus démontrée.
  • Plus besoin de protection des sources sur la commune d'Ayent, il n'y a plus de sources ?
  • On a préféré des zones à bâtir très rentables pour certains à la protection de l'approvisionnement en eaux des générations futures.

 

 

Régulièrement les égouts d'Anzère se déversent en pleine zone de captage S1 de l'eau potable pour les villages d'Ayent.

 

Lien vers map.geo.admin.ch pour situer la région.

Pour les autorités communales et cantonales il ne s'agit que de vaches qui font de la raquette à neige et non pas la cause probable des dernières pollutions, notamment à Rotavirus !?


 

Petit lac au printemps Petit lac en automne disparu

Juin 2019  et octobre 2019

Pendant que la commune d'Ayent continue de polluer nos sources existantes, elle est toujours à la recherche d'eau potable !

 

Lien vers map.geo.admin.ch, pour découvrir la carte de la région l'éboulement de 1946.

 Les Andins avant éboulement


 

 

Sur le site de l'office valaisan de l'agriculture un projet intéressant du canton et de la confédération:

"En accord avec l’OFAG, le Canton du Valais propose la mise en place d’un projet de protection des eaux selon l’art. 62a LEaux, ceci afin de diminuer les concentrations en produits phytosanitaires et d’améliorer la qualité biologique de La Lienne en Valais central. Pour la première phase, les exigences de l’OEaux (0,1 μg/l pour chaque substances pour les produits biocides et produits phytosanitaires) doivent être atteintes dans les eaux superficielles et souterraines.


Les mesures prises sur une base volontaire par les agriculteurs du périmètre d’étude permettront de respecter les exigences de l’OEaux (concentrations en pesticides <0.1 μg/l) et d’améliorer la qualité biologique (IBCH) du cours d’eau.

Le présent document constitue la demande de contribution fédérale dans le cadre précité.

 

Les objectifs du projet :
Améliorer à long terme la qualité de l’eau de la Lienne et de ses affluents selon l’art. 62a LEaux par :
• Prévention des pollutions ponctuelles et accidentelles d’origine agricole.
Diminution des pollutions diffuses d’origine agricole et respect des exigences de l’OEaux.
• Améliorer la qualité de l’eau des canaux de plaine en lien avec la Lienne selon l’art 62a LEaux:

..."


 

Pendant que la Commune d'Ayent continue de  polluer ses sources,  sans vision pour l'avenir,

certains ailleurs s'en préoccupent.

Plus d'infos sur atlas hydrologique suisse.