Des nouvelles indirectes concernant le projet le "Cube" par la Südostschweiz du 3 novembre 2018.

La multiplication d'entités différentes impliquées dans le projet de Savognin semble être une des causes des difficultés de gestion à long terme de ce type de projet.


 

Plan détaillé de la zone du gôt

 

 

Selon le Nouvelliste du 10 octobre 2018, quelques informations supplémentaires concernant le crédit de 4.5 millions pour une résidence touristique à Anzère:

  • Résidence hôtelière Swisspeaks comme à Vercorin;
  • Financement par Mountain Resort, le fonds que dirige Philippe Lathion;
  • 3.7 millions pour l'achat des terrains;
  • 500 lits dans environ 100 appartements;
  • Un taux d'occupation de 50%;
  • Pour l’instant, cette initiative est portée par des acteurs locaux;
  • 600 000 à 800 000 francs pour des frais d’études;
  • Lits proposés à la location par Interhome, la filiale d’Hotelplan.

On peut admirer une nouvelle fois la volonté de transparence de la commune d'Ayent: "Président d’Ayent, Marco Aymon ne souhaite pas s’exprimer avant le vote. "

Sources alternatives d'informations :

  • Réglement des constructions est des zones, de la commune d'Ayent;  (d'où est tirée la photo ci-dessus de la zone A2);
  • Plan d'aménagement détaillé de la zone A2, (qui a existé une fois sur le site officiel de la commune);
  • Règlement des quotas et contingents (RQC), qui
    • suite au moratoire du conseil d'Etat du Valais du 16 décembre 2006,
    • suite au moratoire du conseil communal d'Ayent du 13 février 2007, renouvelé le 24 janvier 2008,
    • suite à la prolongation par le conseil général pour 3 ans du moratoire communal le 8 octobre 2008,
    • suite aux réflexions du conseil communal, de sa commission exécutive du tourisme, élabore un projet de règlement afin "afin de gérer au mieux ses constructions, et par là, son territoire, et de trouver des solutions aux lits froids" (Nouvelliste du 20 février 2007),
    • suite, après débat du conseil général qui approuve le RQC le 30 avril 2009,
    • le conseil d'état approuve le RQC, sous certaines réserves, le 2 mai 2012.

Ce règlement n'a jamais été appliqué par le conseil communal, ni invalidé par le conseil général.

Et pourtant il aurait permis de créer un fond (par la taxe de remplacement) afin de soutenir, par mise à disposition de surfaces, de projets de résidences touristiques.

Comme la la commune n'a rien fait, c'est aux citoyens de passer à la caisse aujourd'hui !

zones de protection des sources et projet de résidence touristique

 

 

Selon l’Agache reçu ce jour, le conseil général se réunira jeudi prochain, le 11 octobre 2018, pour notamment l’«Approbation d'un crédit cadre de 4,5 millions au maximum pour la participation au financement de la réalisation d'une résidence touristique sur Anzère, au lieu-dit le Gôt ».


Un nouveau projet surgit de nulle part (rien dans les budgets et plans pluriannuels), qui sera certainement présenté comme essentiel pour la survie de notre commune, comme il y a quelques années, Anzère Tourisme SA et le Spa-Wellness, (subventionnés à hauteur de 715’000 CHF par an selon le plan pluriannuel 2018-2021), ou TéléAnzère (905’00 CHF de pertes en 2017-2018 et avec comme actionnaire principal la commune d’Ayent, sources : l’Agache).


Une fois de plus une décision doit être prise par le conseil général dans la précipitation habituelle.


Les comptes de la commune péjorés depuis quelques années (plus que 2'145'357 CHF en 2017 de marge d’autofinancement) ne permettent plus de financer tout et n’importe quoi, mais oblige à fixer des priorités.


Après presque 2 morts lors de la dernière pollution des sources, de très nombreuses et graves diarrhées, les priorités d’investissements vont une fois de plus pour les copains plutôt que pour la santé et le bien de la population.


Non seulement l’effort financier est mal dirigé, mais ce projet de résidence touristique se construit sur des zones de protection des eaux, (voir image ci-dessus), et nous obligera de sacrifier à nouveau de précieuses sources d’eaux potables.

 
Et pendant ce temps les citoyens d’Ayent continueront à boire de l’eau des égouts au lieu d’eau potable.

 
PS : Commentaire personnel basé sur les informations mise à disposition des citoyens par la commune d’Ayent!

Voici le justificatif du chiffre avancé lors de la rencontre du 3 octobre,  basé sur les comptes officiels de la commune 2014.